sport en eaux vives

Qu’est-ce que l’hydrospeed et quelle est son histoire ?

Les sports « outdoor » attirent de nombreuses personnes dans le monde. Ils allient la pratique d’une activité sportive et la découverte de la nature. Parmi ces sports intéressants, la plus en vogue au cours de ces dernières décennies est l’hydrospeed. Il s’agit d’un sport de glisse sur une rivière. Pour en savoir plus, l’histoire et la définition de ce sport.

Comprendre l’hydrospeed

Encore appelé nage en eau vive, l’hydrospeed est une activité de détente. Son principe repose sur la descente d’une rivière au moyen d’un flotteur. Pour s’orienter sur les vagues, l’hydrospeedeur utilise des palmes. De plus le flotteur doit être en mousse avec une forme galbée devant et droite derrière. La pratique de ce sport est ouverte à tous, dès l’âge de 10 ans.

Elle donne lieu néanmoins à quelques risques non négligeables. Il est donc indispensable de se munir du matériel requis et de prendre connaissance des lieux avant de commencer la descente. En plus du flotteur et des palmes, l’hydrospeedeur doit s’équiper d’un casque, d’une corde et d’un gilet d’aide à la flottabilité. Il doit aussi prévoir une combinaison en néoprène ainsi qu’un équipement antichoc pour les jambes.

Naissance de l’hydrospeed

L’hydrospeed a vu le jour, au Canada, en 1950, avec un homme appelé Louis Lourmais. Il entame pour la première fois la descente des fleuves Saint-Laurent et Fraser muni d’une combinaison de plongée, de palmes et d’un masque tuba. Dès l’année 1960, il sera imité par d’autres personnes à travers la France. En 1963, Louis Lormais se remet à l’hydrospeed, en France, en descendant La Garonne.

C’est seulement en 1967 que ce sport est rendu célèbre grâce à l’émission télévisée, Les coulisses de l’exploit. Cette dernière diffuse la descente du Tarn par des nageurs dotés d’équipements de bivouac. Malheureusement, la pratique de l’hydrospeed demeure peu connue. Seulement quelques dizaines d’hydrospeedeur ont été aperçus, en France, au cours de la décennie 70.

Évolution de l’hydrospeed

Les années 1970 sont un tournant dans l’histoire de l’hydrospeed. En effet, elles marquent l’utilisation d’un matériel plus adapté. Les nageurs s’équipent de chambres à air pour se prémunir des chocs pendant la descente. En revanche, ce n’est qu’en 1978 que Claude Puch conçoit le flotteur en mousse ou hydrospeed. Ce dispositif est composé d’un pare-chocs inflexible qui surmonte le flotteur. Il est également constitué d’un espace où placer les bras et le buste pour les protéger des heurts pendant la descente.

C’est dans la décennie 80 que la pratique de l’hydrospeed devient répandue à travers le monde. Certains nageurs utilisent même un matériel de fortune. Pour y remédier, un protocole est établi pour normaliser les tournois d’hydrospeed. Durant la décennie, un club d’hydrospeed naît en France. Pendant cette période, le matériel est amélioré pour le rendre plus performant.

Il a fallu attendre jusqu’en 1990 pour que les sociétés commerciales planifient des activités touristiques autour de l’hydrospeed. À partir de ce moment, le nombre d’hydrospeedeurs ne cesse de s’accroître. Par ailleurs, le sport sera associé aux activités de la Fédération française de canoë-kayak. Ce n’est qu’en 2013, en Indonésie, qu’est organisé le premier championnat du monde d’hydrospeed. Le second championnat a eu lieu en 2015 au Guatemala.